La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement fermé , il ouvrira ses portes à 09h30 04 66 65 98 57
logo Biocoop
La Claire Fontaine

Projection et débat

Projection et débat

À partir du 10/11/2018

Biocoop Mende
Projection et Débat
Samedi 10 novembre 15h
Salle Simone de Beauvoir, Mende
« Vertueuses, les multinationales ?
Le business de l'aide
au développement »

Valentin Thurn & Caroline Nokel

Projection et Débat

Samedi 10 novembre 15h

Salle Simone de Beauvoir, Mende

Vertueuses, les multinationales ? Le business de l'aide au développement

Réalisateur(s) : Valentin Thurn & Caroline Nokel

Année de sortie : 2017Pays : Zambie Kenya Tanzanie

Production : ARTE NDR

Durée : 86 minutes

Synopsis 

http://www.alimenterre.org/vertueuses-les-multinationales-le-business-de-l-aide-au-developpement-1

L'aide publique au développement européenne a pour objectif de faire diminuer l'insécurité alimentaire et la grande pauvreté dans le monde. Plutôt que d'utiliser des structures étatiques, les contributeurs allouent souvent les fonds à des entreprises, par le biais de partenariats public-privé. Or, dans les faits, les industriels ne jouent pas le jeu. En enquêtant en Afrique, les auteurs de ce documentaire ont constaté que les multinationales accaparent les terres, paient des salaires misérables à leurs employés et poussent les paysans à acheter leurs produits. Pourtant, des modèles alternatifs d'aide au développement existent.L’avis du comité de sélection

Ce film au contenu effarant montre que la lutte contre la faim est un prétexte pour certaines multinationales qui souhaitent s'implanter en Afrique. On assiste alors à l'importation du modèle d'agriculture intensive occidental en Zambie, au Kenya et en Tanzanie.  Le sujet méconnu de la captation de l'aide au développement par les grandes firmes internationales est ici traité de façon complète. Les limites du partenariat public-privé dévoilent les phénomènes d'accaparement des terres, d'endettement des paysans et du bouleversement des pratiques alimentaires locales. Des modèles alternatifs plus vertueux sont présentés et invitent au débat.

Retour